ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

Posted by
Written by Association Amelior

Region

Country France

décembre 22, 2017

Translated by Dico


Check translation:


Amelior (une fédération de récupérateurs indépendants, de vendeurs d’articles d’occasion et de ferrailleurs basés à Paris, en France) se bat toujours pour la reconnaissance publique de notre travail et s’organise pour développer de nouvelles formes de coopération entre les biffins (récupérateurs de matériaux en français), les alliés et nos chers clients qui achètent nos produits d’occasion.

Nous sommes déjà membres de l’Alliance mondiale des récupérateurs de matériaux (GlobalRec) et, en juillet 2017, Amelior est membre de REFER (le Réseau Francilien du Réemploi qui s’attache à développer le secteur du « réemploi » en s’appuyant sur les valeurs coopératives et mutualistes).

Encore récemment, nous avons signé avec 5 organisations membres de REFER, établis à Paris et dans sa banlieue, des accords en vue de collecter, deux fois par semaine, des textiles, du matériel électrique et électronique, des livres et divers biens de consommation responsable. Nos membres font maintenant la collecte de plus 10 tonnes par mois suivant une approche coopérative. Quinze membres d’AMELIOR, environ, travaillent dans la collecte et le tri de matériaux réutilisables destinés aux marchés d’occasion, notamment le marché de la réparation ou du recyclage. Ce travail a fait bénéficier aux membres d’un meilleur accès garanti aux matériaux, ce qui signifie qu’ils peuvent maintenant travailler chaque jour, en toute sécurité, dans notre espace de travail, « Parterre des biffins », qui se trouve à Montreuil, près de notre marché mensuel. Notre économie est renforcée, tout comme le sont nos services à la ville et aux gens, et nous pouvons mettre en commun plus que notre expertise. Notre économie populaire et circulaire est en ordre et donne des résultats à nos membres, les biffins.

Échange d’expériences avec d’autres récupérateurs de matériaux


Ces activités ont été inspirées par notre voyage à Bogota, en Colombie, où nous avons rencontré l’Association des récupérateurs de Bogota (ARB). À Bogota, nous avons échangé des expériences d’inclusion sous diverses formes ainsi que des stratégies pour faire face aux menaces. Nous avons vu ce qu’est l’inclusion professionnelle, sous sa forme avancée, et les protections sociales gagnées par l’ARB, ce qui nous a incités à envisager de nouvelles façons de développer nos efforts d’auto-organisation.

En novembre, Gilberto Chagas (membre du MNCR) s’est rendu en France et en Belgique pour renforcer notre partenariat. Ce fut aussi l’occasion d’échanger des expériences avec nos collègues du Brésil.

Efforts d’organisation des récupérateurs de matériaux et d’engagement avec le gouvernement


L’objectif de fédérer tous les biffins français a permis de rencontrer des travailleurs de Montpellier, dans le sud de la France, lors d’une réunion sur le recyclage, plus précisément les emplois pour les habitants des bidonvilles. En effet, près de 50 % des habitants des bidonvilles en France sont des ferrailleurs et des vendeurs de biens d’occasion dans les espaces publics.

Amelior, qui organise un marché aux puces pour les biffins à Montreuil, depuis mars 2013, va recevoir en 2018 des subventions publiques pour soutenir notre organisation à vocation environnementale, sociale et économique (soutien qui comprendra l’uniforme, la presse, les bannières, les communications, un nouveau site). Ce soutien nous aidera également à faire de la recherche sur la participation des biffins dans les secteurs des déchets, du réemploi et du recyclage.

Le ministère de la Transition écologique et de la solidarité nous a invités à participer à un processus visant à créer une feuille de route pour l’économie circulaire. Nous avons déjà fait connaître nos revendications et propositions locales, régionales et nationales relatives à l’inclusion de tous les biffins et au développement de stratégies pour réduire la pauvreté et promouvoir le travail décent. Nous continuerons à participer à ce processus de cartographie routière qui pourrait conduire à de nouvelles réglementations étatiques porteuses d’inclusion et de formalisation à notre endroit.

Menaces à notre travail

Le nouveau gouvernement français a brutalement décidé de mettre fin à la prestation aux chômeurs et, du coup, 260 000 des travailleurs les plus pauvres ont été touchés. Ce plan de radiation massive est le plus important de notre histoire. Les deux employés de notre association seront touchés par la suppression de l’aide sociale. Nous nous battons également aux côtés d’autres associations pour garder ces emplois pour nos membres parce que l’aide financière était le seul soutien que nous recevions de l’État.

À Lyon, tout comme dans certaines grandes villes de France, les « services » de collecte et de traitement des déchets reviennent trop cher. Souvent, les autorités locales passent des contrats de sous-traitance pour la collecte et le traitement des déchets, ce qui signifie que les citoyens paient plus que le coût réel. Les millions d’euros que coûtent ces contrats chaque année doivent être utilisés pour développer de nouvelles économies circulaires et populaires, comme l’inclusion des récupérateurs de matériaux.

Votes et un nouveau marché

Sondage dans Le Parisien : Faut-il réglementer les marchés clandestins des biffins ?

Une question soulevée dans notre quotidien : Faut-il réglementer les marchés clandestins des biffins ? Les parisiens nous disent OUI ! (81,7 % OUI)

Le mois dernier, un autre vote à l’Hôtel de Ville de Paris a créé la possibilité d’organiser un nouveau marché à Paris, une fois par mois, un nouveau petit pas en avant pour Paris et les biffins !

Merci !

Amelior tient à remercier tous les gens, associations, collectifs et organisations qui nous ont aidés par leur exemple inspirant : la lutte pour la reconnaissance et l’organisation pour créer des solutions contre la pauvreté, l’exclusion, la pollution et le changement climatique dus au système occidental de surconsommation, d’extraction, d’exploitation, d’importation et d’exonération fiscale.

En solidarité avec tous les récupérateurs de matériaux, qui travaillent avec acharnement pour honorer le droit à un travail décent, à une vie décente, à de meilleures conditions de travail, et à le faire respecter. Unissons-nous !

Notre travail ne cessera jamais, celui de nous organiser au sein des mouvements populaires pour créer une économie durable respectueuse des ressources humaines et naturelles de toute la Terre Mère.

Nous remercions tout particulièrement Nohra Padilla, Silvio Ruiz Grisales de l’ARB, Gaiarec ainsi que tous les recycleurs et alliés à Bogota et en Colombie.

Si toca a uno, tocan a todos! (S’il en touche un, il touche tout le monde).