ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

Posted by
Written by Association Amelior

Region

Country France

mars 01, 2018


Check translation:

Rassemblement des biffinEs sans place et de leurs soutiens jeudi 1er Mars 2018 de 14h à 18h à Ménilmontant, Paris 11eme, à l’occasion de la Journée mondiale des recycleurs.

Lettre ouverte à Madame Hidalgo, aux éluEs du conseil de Paris et des arrondissements,

Nous sommes celles et ceux, biffines et biffins, qui vont à travers les rues pour récupérer dans les poubelles des biens de réemploi qui sans nous partiraient à la destruction.

En collectant en amont des collectes municipales ou privés, nous réduisons de plusieurs tonnes chaque semaine les déchets des parisienNEs, dont les coûts de traitement à la tonne sont à la charge des contribuables. Notre travail correspond donc à la défense de la interet general, alors que notre exclusion est contraire à toutes les valeurs, principes et lois que vous prétendez défendre…

A travers notre travail de collecteurs, nous acquérons des biens d’occasion de consommation courante que nous revendons sur des marchés aux puces des biffinEs, qui existent depuis toujours à Paris mais qui eux aussi, tout comme nous, sont menacés.

Nous sommes considérés à tort par certainEs de vos éluEs et de vos services comme des délinquantEs et sommes quotidiennement criminaliséEs…en vain, et ce depuis des années.

Alors que l’argent nous manque, vos politiques répressives aggravent nos fragilités et nos précarités, et celles de nos acheteurs de plus en plus nombreux, de même que les comptes publics.

Pourtant, le gouvernement actuel, dans le cadre de la feuille de route de l’économie circulaire auquel AMELIOR à participé, préconise “d’encourager et soutenir la mise à disposition d’espace de commercialisation pour les acteurs du réemploi, de la réutilisation et de la réparation (marchés, magasins dans les centre-villes ou les centres commerciaux) ainsi que des espaces de réparation/stockage dans les zones d’activités ».

Le conseil de Paris n’est pas en reste non plus ! Vous avez voté et fait voté depuis plusieurs années des décisions favorables aux biffinEs, à leurs marchés et à leurs économies populaires circulaires, mais depuis tout ce temps, aucune volonté politique d’inclusion des travailleurs pauvres et exclus que sont les biffinEs, ni application de ces décisions, n’ont vu le jour.

Cet immobilisme ne fait pas honneur à votre politique sociale et écologique, et participe au passage à l’aggravation de la pollution, à la raréfication des ressources et au déni des droits humains fondamentaux.

Mme Hidalgo, depuis votre élection, nous n’avons pas obtenu une seule place, ni un seul marché et nous sommes tous les jours harcelés par les effectifs policiers que vos maires d’arrondissements réclament et obtiennent des gouvernements successifs, comme si ces politiques anti-démocratiques allaient avoir un effet positif sur la vie des quartiers dans lesquels nos marchés prennent place…

Dans les faits, plus la répression est forte et dangereuse, plus nos marchés se développent « à la sauvette ».

Nous luttons déjà contre la pauvreté et les inégalités, vos politiques nous obligent à lutter contre les injustices.

Nous exigeons l’arrêt des bennes, des confiscations, des persécutions que vos politiques nous font vivre inutilement.

Des centaines de tonnes de biens de réemploi sont détruites dans des bennes des sociétés privés pour un coût global annuel estimé pour les contribuables parisiens entre 1 et 2 millions d’euros annuels.

Ce gaspillage d’argent public est d’autant plus incohérent que la gestion des déchets à Paris dégagerait depuis 2001 un excédent budgétaire d’environ près de 80 millions d’euros annuels, ce qui pourrait valoir à la Ville de Paris un procès pour délit de concussion, comme celui mené par la Canol à Lyon…

Dans un sondage du journal le Parisien, sur plus de 700 votants, 82% se sont prononcés pour l’organisation des marchés des biffinEs.

Qu’attendez vous donc pour agir? Nous sommes prêt à travailler et regorgeons d’idées et de courage pour mettre en pratique nos métiers !

À l’occasion de la journée internationale des recycleurs, le jeudi 1er mars 2018, il est donc important de vous rappeler qu’à Paris 3000 personnes font face à la pauvreté par leur métier de biffinEs.

La recommandation 2014 de l’OIT de juin 2015 préconise pourtant la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, l’Europe privilégie le réemploi en amont du recyclage, votre Plan Local de réduction des déchets dit de nous que nous devons être considérés comme acteurs du réemploi !

Pour les habitants des villes, le droit de récupérer dans les poubelles et les rues de quoi subvenir à ses besoins doit être renforcé et garanti par le droit au glanage, et ses débouchés économiques doivent être protégés et non plus interdits.

Seul l’accès à l’espace public permet la revente massive des centaines de tonnes de textiles, de déchets électriques et électroniques, et de bricoles et de brocantes, de biens de consommation courante, que notre société gaspille par sa surconsommation, son obsolescence programmé et l’irréparabilité des produits liés à leurs malfaçons, et que les biffins captent en partie, malgré l’absence totale de soutien et d’aide au développement…


C’est pourquoi les marchés aux puces doivent être reconnus et développés par des mises en oeuvre concrète au niveau des politiques de la ville, l’élargissement de leur accès en tant que vendeur à tous les biffinEs et personnes ayant besoin de gagner de quoi vivre de ses propres ressources.

Depuis mars 2013, la ville de Montreuil a fait preuve d’une véritable volonté politique d’inclusion à l’économie et la ville aux travailleurs biffinEs en nous octroyant la halle du marché croix de chavaux une fois par mois.

Aux Grands Voisins, notre association, aidée sur le terrain par nos partenaires Aurore et Yes We Camp , a organisé de grands marchés conviviaux une fois par mois durant près de 2 ans.

Nous sommes des gestionnaires de déchets, des revendeurs de produits d’occasion, et avons acquis l’expérience de l’organisation de marchés par et pour les biffinEs. Nous devons encore avancer, créer et organiser. Pour arriver à nos objectifs « zéro dechet zéro chomeur », nous avons besoin de la participation de touTEs.

C’est ce que nous vous réclamons, en plus des places et des marchés aux puces des biffins dans Paris, afin de reconnaître notre capacité à réduire les déchets et à créer des économies populaires circulaires inclusives et redistributives.

Nous, biffinEs et biffins , acheteurs et citoyens solidaires, meritons mieux que vos politiques répressives:

Nous méritons notre place dans la vie de la cité parisienne, l’accès au marché et à l’économie, le respect de notre dignité et la prise en considération de nos précarités.

Mme Hidalgo, respectez les parisienNEs, ne niez pas l’histoire des chiffonniers biffins parisiens et leurs apport aux développements économiques et sociales des territoires qui sont les nôtres, respectez les puciers, brocanteurs et biffinEs qui sont la depuis que Paris existe, et octroyez nous l’espace vital dont nous avons besoin pour vivre: DES PLACES ET DES MARCHÉS POUR TOU.TE.S!

Pour une société sans exclu, aucun travailleur sans droit!

Vivent les biffinEs-récupérateurs, recycleurs et ferrailleurs!

 

DROIT À LA BIFFE!