ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

Vers un Réseau mondial: Récupérateurs de déchets sans frontières
(publié à l’origine en espagnol dans redrecicladores.net)
Par Lucía Fernández, coordinatrice du programme mondial des récupérateurs,
Les femmes dans l’emploi informel: mondialisation et organisation (WIEGO)

En 2005, dans la ville de Sao Leopoldo, Brésil, j’ai eu l’occasion de rassembler quelques dirigeants d’organisations de récupérateurs de déchets provenant de quatre pays d’Amérique latine. Qui aurait imaginé qu’à cette première réunion, huit ans plus tard, ces mêmes dirigeants et ces pays feraient partie d’un réseau qui, à ce jour, regroupe des organisations de l’Asie, de l’Afrique et d’Amérique latine?

Photo of wastepickers from the World Social Forum.

Wastepickers at the World Social Forum


À ce moment là, un lien virtuel entre les organisations de récupérateurs de déchets du Chili, d’Argentine, de la Colombie, du Brésil et de l’Uruguay, se dessinait. Le chemin était incertain et spontané; aucun projet ou aucun financement n’a permis à ces récupérateurs de se rencontrer ou de se rassembler. Cependant, la volonté a toujours été plus forte que les difficultés, et le soutien de certains de ses partenaires est venu rapidement.

C’est ainsi que la coopération s’est intensifiée, et elle est devenue encore plus forte lorsque la Fondation Avina a vu le potentiel de ces récupérateurs de déchets qui, par leurs activités quotidiennes, ont contribué -souvent sans le savoir- à la protection de la planète et de ses écosystèmes. L’échelle continentale de cette alliance a donné naissance à une relation étroite entre la Fondation pour le développement durable en Amérique latine et ces dirigeants, les récupérateurs pionniers, qui étaient prêts à unir leurs forces pour devenir plus fort et plus visible.

Des années plus tard (2006-2007) , il y a eu plusieurs réunions de planification et d’échange. Une des caractéristiques de ces premières réunions fut que les idées et les envies étaient la plupart du temps plus grandes que les possibilités réelles de les matérialiser . Mais cela n’a jamais été un obstacle pour continuer à rêver . Ces réunions ont produit la créativité et la solidarité nécessaires pour maintenir la cohésion et l’enthousiasme , malgré les difficultés géographiques que cette collaboration comportait. Imaginez les travailleurs, qui doivent marcher des kilomètres tirant une charrette pour recueillir et trier les matériaux recyclables, un jour de monter à bord d’un avion pour rencontrer leurs frères provenant de pays lointains .

Certains sceptiques ont dit , et continue à dire, que lutter pour améliorer leurs conditions de vie et de travail dans la ville, est plus important et plus productif, que de perdre du temps avec ces voyages à l’étranger. Cependant, d’autres, plus combatifs et entreprenants ont dit « Faisons les deux tâches ! Luttons sans escale ; sans frontières. Tout comme les exploiteurs, qui ont surmonté les frontières transnationales, nous, les ramasseurs de déchets, nous n’aurons pas de frontières dans notre lutte. » Telle était la devise du 2ème Congrès latino-américain de Sao Leopoldo en 2005 , et il est devenu l’emblème de nombreuses organisations de récupérateurs de déchets à travers le monde.

Après ce cri d’ouverture : “NÃO HÁ FRONTEIRAS PARA OS QUE EXPLORAM…. NÃO DEVE HAVER PARA OS QUE LUTAM…,” ces pays, d’autres pays de la région d’Amérique latine, ainsi que de nouveaux alliés -partageant le même intérêt pour l’organisation du secteur des récupérateurs de déchets- se sont réunis à Bogota, trois ans plus tard pour célébrer la rencontre avec d’autres continents. Parmi ces partenaires était présent la WIEGO – un réseau mondial qui rassemble des chercheurs et des travailleurs de l’économie informelle. Au total, 42 pays ont pris part à ce 1er Congrès mondial et à la 3ème réunion latino-américaine des récupérateurs. Les réalités partagées étaient différentes, mais les problèmes et les défis presque les mêmes: Comment obtenir la reconnaissance de leur travail ? Comment améliorer leurs conditions de travail ?

Trois ans se sont écoulés depuis que ces questions ont été posées, et c’est avec une grande joie que nous comptons maintenant des dizaines de nouveaux mouvements nationaux et de nouvelles alliances régionales de récupérateurs de déchets dans sept nouveaux pays d’Amérique latine ( Vénézuela, l’Equateur, le Pérou, le Paraguay, le Costa Rica, Puerto Rico, République Dominicaine et la Bolivie ), dans trois pays africains ( Kenya et Afrique du Sud ), en Inde et dans des groupes émergents en Asie.

En Juillet 2009, nous avons assisté à la naissance du Mouvement des récupérateurs d’Afrique du Sud, de l’Alliance nationale des récupérateurs indiennes, et en 2010, à un réseau national au Kenya. Tout comme les mouvements nationaux plus récemment créées du Nicaragua et la République dominicaine, qui ont rejoint les nombreux autres mouvements formés au cours des années 2008 et 2009.

Le réseau actuel d’Amérique latine continue d’être l’avant-garde et a un rôle de modèle pour leurs collègues des autres régions, qui voient avec satisfaction et fierté les progrès du réseau quant aux questions de politiques nationales pour l’intégration du secteur, la coopération, le renforcement du leadership, la coordination des affaires et la défense du secteur . La solidarité et les échanges entre les pays, ont généré un apprentissage mutuel et le renforcement des organisations, qui continuent à lutter pour le même but -qui est et continuera d’être- l’amélioration de conditions de vie et de travail pour le secteur.

Les récents efforts au cours de ces dernières années ont porté sur la construction d’un nouveau réseau mondial formé par un Comité directeur intérimaire avec des représentants des trois continents . Le Comité s’est déjà réuni à Buenos Aires, Durban, Belo Horizonte et Bangkok. Comme une alliance mondiale, ils ont entrepris des actions conjointes à fort impact et visibilité dans les médias, y compris les événements de l’ONU sur les changements climatiques à Bonn, Copenhague, Tianjin et Cancun, où pour la première fois un récupérateur de déchets a parlé au nom de la société civile lors d’une séance plénière d’ouverture. Un nouveau partenariat est envisagé dans la lutte contre le changement climatique et pour la reconnaissance du travail des récupérateurs de déchets: GAIA, l’Alliance mondiale des alternatives d’incinération.

Les défis ont changé de forme, mais continuer d’exister. La vie et les moyens de subsistance de récupérateurs de déchets se font toujours piétiner. Dans certains pays récupérateurs continuent d’être assassinés; dans d’autres, ils ont été envoyés en prison arbitrairement; et il est fréquent de trouver des mesures que les États mettent en place pour entraver leur travail quotidien. Ces abus, cependant, ont trouvé une voix grâce à la solidarité du secteur.

Il n’y a rien de mieux pour célébrer ces réussites, pour dénoncer ces abus et pour montrer au monde l’importance du secteur des récupérateurs de déchets que d’avoir un nouveau site Web pour communiquer de la meilleure façon possible, sur les pas de l’organisation et de la coordination sans frontières.

Cet article est également disponible en: Anglais Espagnol Portugais - du Brésil