ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

par

février 02, 2012


Check translation:

Front commun des récupérateurs à la COP 16 au Mexique. Foto credit: Lucia Fernandez.

Par Mariel Vilella

Nous y voilà encore une fois : le sommet annuel des Nations Unies sur le climat qui se tiendra à Durban à la fin de l’année approche, avec son interminable liste habituelle de mots étranges qui nous poussent à se creuser les méninges, tellement ils suscitent de confusion.

Pourquoi les gens rendent-ils des questions aussi importantes si compliquées, lorsqu’il s’agit de conclure des ententes qui respectent les communautés à la base et l’environnement en ce qui concerne le climat, les résidus et les récupérateurs ?

Saviez-vous que le sommet sur le climat porte en fait le nom de COP ? Que signifie ce nom et pourquoi ce sommet est-il important pour nous ? Essayons d’en comprendre les notions élémentaires afin de ne pas perdre la chance de participer à cet événement important pour que les communautés à la base puissent façonner l’avenir de notre planète.

Les récupérateurs sont l’une des communautés de première ligne qui peut faire le plus pour l’environnement, étant donné que la collecte de matériaux recyclables est l’une des façons les plus faciles et les moins coûteuses de sauvegarder le climat…

Qu’est-ce que le changement climatique ?

Le changement climatique est la hausse de la température mondiale qui résulte de l’émission d’une grande quantité de pollution dans l’atmosphère.

En résumé, la planète commence à se réchauffer, ce qui a un grave impact dans de nombreux endroits : la glace est en train de fondre au Pôle Nord ; le niveau de la mer augmente et inonde de petites îles ; des récoltes sont perdues en attendant des pluies qui n’arrivent jamais ;  des gens et des animaux souffrent de famine ; des rafales de vent font en sorte que des villes côtières s’effondrent dû à de puissantes tornades…

Le problème atteint aujourd’hui un niveau alarmant : les changements climatiques sont en train de se produire, et ils sont désormais le plus important défi que l’humanité ait eu à affronter.

Pourquoi cela arrive-t-il ?

Les industries ont connu une expansion immense au cours des dernières décennies. Cette expansion s’est opérée à un coût très élevé pour nous tous. Les usines, les systèmes de transport, l’agriculture intensive et autres modes de production intensive nous ont laissé en héritage une grande quantité de pollution dans l’atmosphère, créant ainsi une couche de gaz qui ceinture maintenant la planète.

Ce phénomène est connu sous le nom d’effet de serre : la pollution (différents types de gaz à effet de serre) entoure la planète et ne permet pas qu’elle se rafraîchisse, comme si nous portions un manteau en plein été.

Les forêts et les océans contribuent habituellement à rafraîchir la planète, mais la quantité de pollution est tellement énorme aujourd’hui que la seule façon de rafraîchir la planète est de cesser de rejeter davantage de ces gaz dans l’atmosphère.

Qui est responsable ?

Les pays riches, qui sont responsables des industries polluantes, ont pollué sans payer pour le faire. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux résistent même à ralentir leurs taux de pollution.  Ils sont enchantés de maintenir leur économie fondée sur la production et la consommation à un rythme sans cesse croissant, sans se soucier du fait que cela augmente la pollution et le gaspillage des ressources. Plus nous consommons, plus les déchets s’accumulent… mais le plastique, le bois et les métaux ne sont pas éternels ! Un jour, ils seront eux aussi épuisés !

Comment les récupérateurs peuvent-ils aider ?

Les récupérateurs contribuent déjà beaucoup à freiner les changements climatiques, étant donné que la collecte des résidus rend inutile la production de nouveaux biens, prévenant ainsi beaucoup de pollution.

Par la collecte, le tri, le nettoyage, la remise à neuf et la vente de produits recyclables, les récupérateurs protègent grandement les ressources naturelles. Le recyclage du papier sauve des arbres, le recyclage du métal permet d’éviter l’extraction minière,  et le recyclage du plastique fait épargner du pétrole, ainsi que tous les coûts environnementaux qui en découlent.

Actuellement, il y a environ 15 millions de récupérateurs dans le monde, une puissante main d’œuvre capable de réduire la quantité de déchets qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement par le biais d’une véritable diminution des émissions polluantes.

Que sont les COP ?

La COP (Conférence des parties) est une délégation internationale géante provenant de 192 pays qui se rencontrent pour se pencher sur les changements climatiques. À Durban, il s’agira de la dix-septième d’un cycle de conférences des Nations Unies sur les changements climatiques, au cours desquelles les Nations Unie doivent s’assurer que les pays développés acceptent finalement de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

En 1997, les négociations avaient progressé en vue de la signature du Protocole de Kyoto, un traité par lequel les pays signataires seraient tenus de réduire leurs émissions d’ici à 2012. La période du Protocole de Kyoto est maintenant presque terminée mais certains pays comme le Japon, la Russie et le Canada résistent à renouveler leurs engagements à réduire leurs émissions dans le cadre d’un nouveau traité.

Y a-t-il quelques bonnes nouvelles ?

Bien sûr ! L’un des résultats positifs de la COP de l’année dernière qui s’est tenue à Cancun a été l’établissement du Fonds vert pour le climat. On espère que ce fonds acheminera de l’argent des pays riches vers les pays pauvres, en tant que paiement pour leur grande contribution historique aux changements climatiques. Le Fonds vise à couvrir les besoins financiers liés aux changements climatiques, tant pour prévenir une augmentation des émissions et de la température que pour aider les communautés à s’adapter à certaines des catastrophes climatiques.

L´Alliance mondiale anti-incinérateur (GAIA), Femmes dans l´emploi informel : Globalisation et Organisation (WIEGO) et l´Alliance mondiale de récupérateurs ont concentré leurs efforts de plaidoyer sur l’objectif de rendre le Fonds accessible aux communautés à la base.

Plus précisément, nous avons plaidé en faveur d’un mécanisme d’accès direct au Fonds afin de permettre aux gouvernements nationaux et locaux, ainsi qu’à la société civile, d’y participer et d’en bénéficier. Il s‘agit d’un Fonds majeur ; il est donc très important de s’assurer qu’il repose sur les bons principes dès le départ.

COP17 : Que peut-on faire ?

La GAIA, WIEGO et l´Alliance mondiale des récupérateurs ont participé aux conférences des Nations Unies sur le climat à plusieurs reprises afin de proposer des solutions aux changements climatiques et protester contre les fausses solutions telles que la valorisation énergétique des déchets.

Nous faisons également partie du mouvement pour la justice climatique. Nous défendons le droit à un traitement équitable pour tout le monde, ainsi que la création de politiques et de projets qui vont à l’encontre des systèmes liés aux changements climatiques qui maintiennent la discrimination.

Par le biais de manifestations, de conférences de presse, d’événements parallèles, de conversations avec des délégués et d’actions réalisées conjointement avec nos alliés au sein du mouvement pour la justice climatique, les dirigeants des récupérateurs de partout dans le monde se sont unis pour défendre le recyclage et le compostage à la base en tant que manière la plus rapide et la plus économique de lutter contre les changements climatiques.

La COP17 à Durban sera un moment déterminant pour voir comment le Fonds vert pour le climat évolue et ce que l’avenir réserve aux négociations internationales sur le climat. Les récupérateurs peuvent faire entendre leur voix pour que des solutions réellement justes et axées sur les communautés à la base, qui reconnaissent leur précieuse contribution à la lutte contre les changements climatiques, soient adoptées.