ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

par

Region

février 25, 2013


Check translation:

SWaCH — une coopérative détenue par les récupérateurs et responsable du recyclage des déchets dans la moitié de la ville de Pune, en Inde, — n’a pas déposé les armes depuis qu’elle a été évincée par un entrepreneur privé engagé par l’administration municipale. Celle-ci et la société, maintenant chargée du recyclage dans deux secteurs de la ville, se sont livrées à une concurrence déloyale et SWaCH s’est trouvée dans l’impossibilité de continuer. En novembre, SWaCH a résilié son contrat avec la municipalité et, pour protéger l’emploi des récupérateurs, a fait en sorte qu’ils obtiennent du travail à contrat dans la nouvelle société. Malheureusement, les récupérateurs n’ont pas reçu le montant total promis dans le contrat et, entre autres problèmes, leur accès aux matières recyclables a été menacé.

Ils ont donc saisi la Haute Cour, soutenu par le KKPKP, leur syndicat, et une victoire majeure en est sortie. Le tribunal a proposé que le contrat à long terme devrait être modifié de manière à inclure prioritairement les récupérateurs. La municipalité a lancé un nouvel appel d’offres public en précisant que l’entrepreneur doit donner la préférence aux récupérateurs qui travaillent déjà dans certains quartiers de la ville. Une autre condition veut que l’entrepreneur se conforme à la législation du travail. Ce n’est pas une victoire totale, mais un grand pas ! Les récupérateurs, autrefois membres et propriétaires de leur coopérative, sont maintenant des travailleurs contractuels. Mais le KKPKP fait remarquer que la négociation, par l’action syndicale, procure des avantages et que, pour avancer et trouver une voie d’avenir, les récupérateurs doivent être rémunérés et inscrits. Ce processus, nous l’espérons, aura une valeur persuasive pour d’autres administrations municipales et les membres de la magistrature, lorsqu’ils font face aux demandes d’intégration des récupérateurs dans la gestion des déchets solides.