ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

Posted by
Written by MNCR

Region

Country Brazil

août 05, 2014


Check translation:
Catadores prestam serviço de coleta na Copa do Mundo
Written by MNCR. 06/11/2014

catadores-copa do mundo

Le Mouvement national des récupérateurs du Brésil (MNCR) a vu les résultats positifs de ses efforts visant à intégrer les récupérateurs dans tout le pays dans les services de recyclage lors de la Coupe du Monde. Près de 840 récupérateurs, organisés en coopératives et réseaux, ont prêté main forte à l’effort de recyclage des déchets dans douze stades où se sont disputés des matchs de la Coupe du Monde, ainsi que lors des événements officiels. Cette participation est le fruit d’un partenariat entre le MNCR, Coca-Cola et la FIFA qui a passé avec des réseaux de coopératives dans les villes hôte de la Coupe du Monde des contrats de service prévoyant salaire, formation et uniformes. La rémunération des récupérateurs pour leur travail lors de grands événements n’a rien de nouveau comme à Rio de Janeiro où, lors de la Coupe de la Confédération, le service de recyclage à succès leur a valu la reconnaissance des autorités.  Pendant la Coupe du Monde, chaque récupérateur a gagné 80 reais par jour, soit 40 $ US, auxquels s’ajoutent des indemnités de déplacement et de repas. De même, aux Jeux de São Paulo, 70 récupérateurs ont travaillé dans les stades et 30, affectés à l’entrepôt du réseau Cata Sampa, ont travaillé dans le triage des matières recyclables. Malgré la grande victoire que représente leur participation à un événement d’une telle ampleur, nombre de récupérateurs ont été laissés de côté. À Sao Paulo, il y a 20 000 récupérateurs autonomes qui travaillent  en dehors des coopératives ou des réseaux. « L’organisation des récupérateurs constitue, pour nous, un vrai défi, pourtant plus nous sommes organisés, plus nous devenons plus forts et pourrons surtout revendiquer nos droits.  Nous voulons être reconnus dans le monde entier pour notre travail », dit-il. Lire l’article intégral.