ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

Posted by
Written by Asso Amelior

Region

Country France

octobre 14, 2015


logo-biffins

Paris, le mardi 4 aout 2015, à Ménilmontant, en retrait d’une foule sous le choc, un homme vêtu de son uniforme de la police nationale s’est assis sur le trottoir et, tenant l’arrondi de son visage dans ses mains, pleure le décès d’un enfant de 5 ans. Ce dernier a été percuté par un camion alors qu’avec sa soeur ils traversaient le boulevard pour rejoindre le marché des biffinEs, sur le terre plein séparant le 11eme arrdt du 20eme,sur la place Jean Ferrat ou leurs proches tentaient de gagner quelques euros en exerçant l’activité de revente de biens d’occasions glanés pour (sur)vivre.

Paris, au fil des ans et de l’inaction politique, s’est changé en une Bastille moderne pour les descendantEs de la tradition des chiffonnierEs parisienNEs, des pucierEs, et des marchandEs de rues de recup’.

Dans la capitale européenne des ventes de biens de recup’ à la sauvette, au sein d’une des pires régions d’Europe en terme de recyclage de ses « déchets, les récupérateurs-vendeurs, les biffinEs et leurs acheteurs, vivant la plupart sous les seuils de pauvreté, ne bénéficient d’aucune aide afin de trouver une place dans des espaces de ventes autorisés et dignement organisés localement. Ils et elles se trouvent ainsi contraient d’exercer dans des conditions de travail rendues de plus en plus difficiles voire violentes et dangereuses, irrespectueuses des droits humains fondamentaux et insupportables, au sens propre comme au figuré.

Inégaux dans leur accès au Droit à la Biffe, les biffinEs sont considérés par les pouvoirs publics comme des vendeurs « à la sauvette » exerçant sur des « marchés de la misère » qui « occupent sauvagement l’espace public et  » font du tort aux commerçants et aux riverains » et dans lesquelles se glissent des « victimes de réseaux organisés et mafieux » qui laisse « tout un tas de détritus derriere eux ».

Pour ces dites raisons, ces marchandEs sont oppriméES quotidiennement par le harcèlement des forces de police, sont chassés régulièrement par la garde républicaine à cheval et les Agents de Sécurité de la Ville de Paris, et depuis 2007, des camions bennes de sociétés privées accompagnent ces opérations d’exclusion pour détruire les biens de recup des biffins sans place dans l’incinérateur le plus proche.

Depuis des années, les gouvernances locales, municipales et régionales, malgré les débats, les préconisations sociales, les votes et les financements au conseil du 20eme arrdt, au conseil de Paris et au conseil régional d’ile de France en faveur de la création de marchés sociaux dans les arrondissements concernés-et donc à l’inclusion des travailleurs de l’économie  » informelle » dans l’économie circulaire de la récupération revente et dans celle du recyclage- sont aux abonnés absents dès lors qu’il s’agit de faire des propositions concrètes, efficaces et durables.

C’est de ce constat d’hier et d’aujourd’hui qu’est né la volonté, parmi des biffinEs et leurs soutiens ( voisins et riverains, acheteurs et chineurs, chercheurs et militants) de se fonder en aout 2012 en association, l’Association des Marchés Economiques Locaux Individuels et Organisés de la Récuperation, AMELIOR.

Invités deux fois par les cartoneros de Buenos Aires aux rencontres mondiales des mouvements populaires afin de rencontrer le Pape François et le président boilivien Evo Morales, conviés au Congrès des récupérateurs informels européens à Anvers en Belgique du 6 au 8 septembre dans le cadre de la rencontre annuelle de l’ISWA, ( International Solid Waste Association) afin que les droits des biffins et leurs economies populaires soient reconnues et inclus dans la gestion des ressources dites  » déchets », l’association AMELIOR dénonce l’absence d’humanité, de vision et d’ouverture au dialogue sociale des pouvoirs politiques à paris et en région ile de france.
Nous réclamons la création de 600 places de ventes régulières autorisées réparties dans les 10eme, 11eme, 12eme, 13eme, 19eme et 20eme arrondissements de Paris, la fin des politiques répressives et la mise en place d’une vraie politique inclusive pour les travailleurs de la recup’ revente informelle dans l’économie circulaire.

Pour obtenir ces places, les biffinEs et leurs soutiens se rassembleront le mardi 29 septembre de 9h à 18h sur la place de l’Hotel de Ville de Paris dans le cadre de la tenue du conseil de Paris afin qu’une vraie table ronde ait lieue d’urgence sur la place de la biffe à Paris, sous l’impulsion des éluEs Mme Antoinette Guhl, Adjointe à la Maire de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire, de l’innovation sociale et de l’économie circulaire,Conseillère du 20ème arrondissement de Paris et de M. Jean-Paul Missika, Adjoint à la Maire de Paris chargé de l’Urbanisme, de l’Architecture, des Projets du Grand Paris, du Développement Economique et de l’Attractivité.

Pour que la défense du climat et de la justice sociale progresse, si vous vous sentez concernéE par les valeursenvironnementales et sociales de ces marché solidaire de la récup’, nous vous proposons de contribuer à la bonne organisation du marché des biffinEs, qui a lieu chaque mois sous la halle du marché Croix de Chavaux à Montreuil, en participant à notre marché social, solidaire et écolo des récupérateurs vendeurs BiffinEs sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil pour sa 29eme édition depuis mars 2013, de 7h à 20h, ce mercredi 9 septembre 2015.
Merci de votre soutien et à bientôt !

ZERO DECHET, ZERO PAUVRETE, DES DROITS ET DES METIERS POUR TOUT.E.S!
Pour toute information supplémentaire: assoamelior@gmail.com, http://amelior.canalblog.com, https://www.facebook.com/events/1640625086219389/