ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

par

Region

Country Argentine

novembre 07, 2019

Translated by Abrapalabra Co-op


Check translation:

La commercialisation collective s’est constituée en tant que modalité de travail depuis quelques années déjà. Mais ce n’est qu’au mois de mars de cette année que plus de 2 000 récupérateurs et récupératrices de la coopérative Le lever du soleil des récupérateurs de Buenos Aires, Argentine, l’ont adoptée volontairement. Cela s’explique par le fait que cette modalité se présente comme une alternative supérieure aux autres, aussi bien pour les récupérateurs·trices que pour tout le secteur du recyclage, y inclus l’industrie.

Avant cette conquête, les récupérateurs·trices urbain·e·s devaient emporter le matériel chez eux·elles. Ils·elles devaient donc cohabiter avec ces matériaux pendant la semaine pour pouvoir les vendre le samedi à un acheteur qui, en général, payait des prix très bas. Depuis cette année, chaque travailleur·euse est affecté·e à un nombre déterminé de bâtiments, foyers et commerces dont les responsables assignés livrent le matériel préalablement trié. La coopérative se charge de le transporter, le traiter, le commercialiser et d’en distribuer les gains proportionnellement, selon les kilogrammes apportés par chaque camarade.

Les récupérateurs et récupératrices de l’Argentine se rendent à un point de livraison assigné pour que le camion ramasse les grands sacs contenant les matériaux recyclables récupérés et les emporte à l’usine de traitement où ils sont classés, emballés et vendus. Chaque grand sac est identifié ; on fait un pesage individuel et on reconnaît la quantité de kilogrammes que chaque travailleur·euse a récupérée. Le matériel est vendu directement aux usines, évitant ainsi qu’il y ait des intermédiaires et obtenant un prix de 40 % supérieur à celui des dépôts informels.

Grâce au long travail d’organisation et à la lutte sans relâche des récupérateurs·trices organisé·e·s dans la Fédération argentine des récupérateurs de matériaux (FACCyR-CTEP) la réalité de leurs moyens de subsistance deviennent une voie de résistance pour la transformation sociale.