ALLIANCE MONDIALE DES RÉCUPÉRATEURS
ALLIANCE MONDIALE DES
RÉCUPÉRATEURS
L'Alliance Mondiale des Récupérateurs de déchets est un réseau d'organisations de récupérateurs soutenu par WIEGO, dans plus de 28 pays, plus spécialement en Amérqiue Latine, en Asie et en Afrique.
Supported by Logo WIEGO

Category: Bulletin des Récupérateurs

Luttes et victoires : les récupérateurs en première ligne

Afrique
Communiqué de presse : Une récupératrice (50) se noye dans la rivière Msunduzi (Afrique du Sud, 5 octobre 2012)
Amérique Latine (Red Lacre)
Fermeture de la décharge pendant neuf jours : les récupérateurs à Brasilia poursuivent leur lutte contre le partenariat public-privé (Brasilia, octobre 2012)
Une autre victoire au Brésil : Minas Gerais sera le premier Etat à rémunérer les récupérateurs de leur service environnemental (Brésil, octobre 2012)
La loi bolivienne reconnaît les récupérateurs (Bolivie, octobre 2012)
ExpoCatadores, 3e édition (Brésil, du 28 au 30 novembre 2012)
Les récupérateurs colombiens luttent contre la privatisation (Colombie, novembre 2012)
Conférence nationale des récupérateurs du Chili (du 4 au 5 décembre 2012, à Concepción, Chili)
Inde (Alliance des récupérateurs indiens, AIW)
SWaCH poursuit sa lutte pour les droits des travailleurs (Inde, novembre 2012)
AIKMM : première conférence nationale (Inde, les 10 et 11 décembre)
Solidarité avec les récupérateurs indiens (octobre 2012)

marcha Ucrus

Luttes et victoires : les récupérateurs en première ligne. Août-Septembre 2012

Solidarité internationale! (Inde, août 2012)

Africa
Les conditions de travail s’améliorent (Afrique du Sud, 31 août)
Apprendre des uns des autres (Afrique du Sud, septembre)

Inde – AIW
La privatisation en Inde : la lutte se poursuit (Inde, août 2012)
Les droits à la pension : la lutte continue (Inde, août 2012)
Pas d’enfant dans les ordures (Inde, 7 septembre)

America
La sécurité sociale pour les récupérateurs (Brésil, 3 septembre)
Le droit au travail (Uruguay – 5 Septembre 2012)
Les récupérateurs marchent: «Notre travail est notre dignité» (Argentine – 18 Septembre)


Tshwane: le pouvoir à travers le réseautage

Pendant les années 1990, la municipalité de Tshwane en Afrique du Sud a tenté plusieurs projets manqués pour aider les récupérateurs. À titre d’exemple, les municipalités en Afrique du Sud ont engagé les récupérateurs pour fabriquer des produits artisanaux à partir de matériaux recyclables. Dans un autre cas, une entreprise privée de gestion des déchets a aidé les récupérateurs à établir des coopératives et à diriger des centres de rachat pour les coopératives. Par contre, ces échecs ont mené à un résultat positif, puisque les récupérateurs ont formé par la suite des comités de décharges. C’est ainsi qu’ils ont pu lancer le processus. Mais pendant cette période, quelles leçons et possibilités ont-elles émergé vis-à-vis l’organisation?

Les mains dans les déchets, la tête haute

La réunion de Dakar a réuni des délégués de pays d’Afrique comme le Kenya, l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Sénégal, le Niger, le Ruanda, le Congo, le Togo, le Burkina Faso et le Tchad.

Les participants ont discuté de problèmes clés tels que le travail des enfants, le fait que les récupérateurs doivent payer pour collecter des résidus au lieu d’être payés, la méconnaissance de leurs droits, le manque de capacité des collectivités locales à gérer les déchets et la privatisation de la collecte des déchets.


De fausses solutions aux changements climatiques – L’incinération et les systèmes de captage de gaz d’enfouissement du MDP

Jusqu’à maintenant, le MDP a surtout appuyé l’expansion des technologies de valorisation énergétique des déchets telles que les incinérateurs de déchets et les installations de captage de gaz d’enfouissement, qui constituent une énorme menace pour les récupérateurs. Les incinérateurs brûlent les matériaux recyclables tels que le papier et le plastique pour produire de l’électricité. Les systèmes de captage de gaz d’enfouissement enterrent les légumes et les déchets de cuisine, mêlés à d’autres types de déchets, afin de produire du méthane et de l’électricité.

Conseils d’organisation 1 – Récupérateurs

Chaque récupérateur sait ce pour quoi il doit lutter et ce qui pourrait changer sa vie. Ce peut être un meilleur accès aux déchets ou faire partie des systèmes de gestion de déchets des gouvernements locaux. Ou, peut-être souhaitent-ils ne plus se limiter au ramassage et passer à d’autres formes de recyclage et obtenir de plus justes prix pour leurs produits. Il y a donc maintes raisons pour s’organiser, mais comment s’y prendre? La première chose à faire consiste à constituer et à assurer la pérennité d’une organisation démocratique.

Préparatifs en vue de la COP17 – Les récupérateurs s’activent

Quel lien y a-t-il entre les emplois liés à la collecte des résidus et la menace que représentent les changements climatiques ? Des récupérateurs de matériaux des quatre coins de l’Afrique du Sud en apprendront davantage sur cette question dont ils discuteront lors d’un atelier de trois jours. De concert avec des récupérateurs de l’Inde, de l’Amérique latine, du Kenya et du Sénégal, ils se prépareront à la COP17 … La COP débute le 28 novembre. Au moment où cette conférence se déroulera, les récupérateurs tiendront leurs propres rencontres … Le 3 décembre est une journée d’action mondiale. Tous les membres de la société civile, y compris les syndicats et les organisations environnementales, manifesteront pour souligner l’importance de protéger notre planète contre les désastres. Les récupérateurs seront présents en grand nombre pour dire haut et fort qu’ils atténuent les effets des changements climatiques en recyclant les résidus, afin que les gouvernements les apprécient à leur juste valeur, leur accorde un appui solide et leur offre des possibilités.